RAPPORT DE DOUDOU DIÈNE IGNORE LES MÉTIS CABOCLOS DE L'AMAZONE

Le document final présenté par le rapporteur de l'Organisation des Nations Unies (ONU) sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, le sénégalais Doudou Diéne, lors de sa visite au Brésil entre octobre 17-26, 2005, n'a pas fait aucune référence quant à la Caboclo population du pays, métis de Indiens et Blancs. Caboclos sont les plus nombreux identité ethnique et raciale de l'Amazone et dans d'autres régions du pays. Quoique Diène affirme que le « [s]lavery was abolished in 1888. The racial miscegenation that followed between Whites, Blacks and Indians, determined the ethnical and cultural map of Brazil », son rapport ignore les brésiliens qui s'identifient comme métis (les mulâtres, les caboclos, les cafuzos, etc.) en les classant comme descendants d'Africains. En vérité, il existe du métissage au Brésil depuis le début de la colonisation, commencée au XVIè siècle (pas après l'Abolition, comme l'affirme le rapporteur), surtout entre Blancs et Indiens. Le rapport fait aussi allusion au projet de loi relatif au Statut de l'Égalité Raciale, considéré comme anti-métis et discriminatoire par le mouvement métis, comme un projet « supported by communities of African descent and and by the mojority of the political actors » – ce qui correspond pas à la réalité. Le rapporteur sénégalais s'est rencontré avec Matilde Ribeiro, « ministre » du Sécrétariat Spécial des Politiques de Promotion de l'Égalité (SEPPIR), qui ne reconnait pas l'existence de métis au Brésil. Matilde Ribeiro a démissioné après que la presse a dénoncé qu'elle utilisait sa carte de crédit fédéral irrégulièrement. Les leaders du mouvement métis brésilien ont dit que le rapport présenté par Doudou Diène les a rendu perplexes parce qu'il ne reflète pas la réalité ethno-raciale du pays, favorise les intérêts des groupes qui veulent imposer aux métis brésiliens une identité noire, collabore à l'aggravation du conflit entre métis et noirs et porte attente à la Déclaration de Durban. Cette déclaration de l'ONU « reconnai[t] l’existence dans de nombreux pays d’une population métisse aux origines ethniques et raciales diverses, et le prix de sa contribution á la tolérance et au respect au sein des sociétés où elle vit » (Question génerale 56). 

 

Página Inicial   Nosso Grupo de E-mail / Nuestro Grupo de E-mail / Our E-mail Group

Hemeroteca. As páginas de divulgação de artigos, materiais e textos jornalísticos, já publicadas por outras instituições, que abordam temas e fatos relacionados a assuntos étnicos e raciais e o conteúdo e as opiniões neles expostos são de responsabilidade de seus autores, não necessariamente expressando no todo ou em parte opiniões ou posicionamentos do Nação Mestiça.

Textos assinados são de inteira responsabilidade de seus autores.

Mestiçofobia - DENUNCIE A POLÍTICA DO GOVERNO BRASILEIIRO CONTRA MESTIÇOS

Mestizofobia - DENUNCIE LA POLÍTICA DEL GOBIERNO BRASILEÑO CONTRA MESTIZOS

Mestizophobia - DENOUNCE THE POLITICS OF THE BRAZILIAN GOVERNMENT AGAINST MULTIRACIALS

Movimento Pardo-Mestiço Brasileiro

Todos os direitos reservados

ESTE É O ESTATUTO DO

EXTERMÍNIO DO MESTIÇO